Résultats de la recherche "tradition du club de livre"

publie par Thierry|

Odette, elle est très chouette

stjacobstjacob2stjacob3stjacob4nuitaveuglantenuitaveuglante2nuitaveuglante3On raconte que dans certains traditions hébraïques on ne jette pas un livre. On l’enterre…

François Havegeer attire mon attention sur le travail d’Odette Ducarre, peintre, architecte et graphiste qui a notamment travaillé pour le compte de Robert Morel (son mari) Éditeur dans les années 1960, 1970, en s’attachant, dans une version plus chrétienne, mais pas moins pleine d’esprit, des clubs du livre, à faire de l’édition « un objet, un être » avec des fonctionnements, des animations, des principes de reliure remarquables.

Ainsi, le Saint Jacob de 1966, non seulement affirme par sa voyante reliure en chiasme, sa structure réflexive, mais le texte vient courir de la seconde de couverture à la troisième en une forme de performance alliant typographie et mathématique qui n’aurait sans doute pas déplu à Mallarmé…

Plus d’information dans le site des éditions Robert Morel à pas mal fouiller.

illustrations 1 à 4 : Saint Jacob Jean Cabriès, 1968 ; 5 à 7 La nuit aveuglante André de Richaud, 1966

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Jacques Daniel’s

jackdarche’sjackdarche'sjackdarche's2jackdarche's4Lorsqu’on pense à la France des club du livre des années 50, on pense d’abord à Pierre Faucheux et à Massin ; à cette façon de réveiller la tradition bibliophile par sa confrontation au cinétisme du cinéma, au goût du choc moderne et au sens du spectacle et de la surprise de la culture populaire ; à cette sensibilité iconoclaste, ludique et érudite aux séquences et aux matières du livre dont se souviendra un Philippe Millot. On se rappelle parfois avec raison de Jacques Darche (Illustrations 1 à 5 La San Félice, Alexandre Dumas, Club Français du livre, 1954). On oublie trop souvent Jacques Daniel.

jackdaniel'sjackdaniel's10jackdaniel's11jackdaniel's2jackdaniel's3jackdaniel's4jackdaniel's5jackdaniel's6jackdaniel's7jackdaniel's8jackdaniel's9De haut en bas, réalisé d’après les maquettes de Jacques Daniel : Le facteur sonne toujours deux fois, James Cain, Club Français du livre, 1964 ; Jérôme Paturot, Louis Reybaud, Club Français du livre, 1965 ; La croisière du cachalot, Franck Bullen, Club Français du livre, 1962 ; Maurin des maures, Jean Aicard, Club Français du livre, 1967.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Retour vers le futur 2

Je profite de la venue en jury de mon ami Jean-Philippe Cléau pour vous faire bénéficier des fruits de ses découvertes chez les marchands de livres anciens de Nevers.
Il s’agit de productions françaises exigeantes d’après guerre des grands éditeurs et de promoteurs des métiers du livre que furent le Club des Libraires de France, le Club Français du Livre et Jean-Jacques Pauvert.
C’est encore l’occasion de montrer, au delà de l’attention manifeste à la facture de ces ouvrages, l’étonnante actualité de leur propos et l’influence décisive que les graphistes français de cette époque ont sur la production contemporaine et par exemple le travail d’un Millot.

Un dos carré reliure textile et couverture tissu 14*21,5 de 1955 du trop méconnu Jacques Darche avec un travail séquentiel de l’entrée et de la sortie du corps du texte, façon générique cinématographique et l’ajout subtil, en conclusion, d’un broché libre monochrome de documentation iconographique.

Un petit opus de 1965 de la collection Libertés de Pauvert éditeur, par Faucheux, reprenant le format allongé 9*18 du livre classique hollandais, avec couverture vergé et jeu typographique moderniste type composition au plomb plein pot.

Un magnifique dos carré de 1964, reliure textile, presque carré, 19*19,5 de Faucheux, où l’on se rend compte que les jeux de mouvance des blancs et des justifications de blocs, mais aussi la logique presque maniériste de jeu avec les codes des différents composants du texte et du livre (registres typographiques du classicisme et de la modernité ; cahiers de labeur et encarts de formats, de couleur et de texture en rupture ; blocs texte et illustrations plus ou moins médiatisées : reproductions de dessins, de photographies, photographies d’originaux, détails…) qu’emploient certains graphistes de renom actuels s’inscrivent dans une tradition qui vient de loin.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi