Another look

another-look-level-canother-look-level-c-(4)another-look-level-c-(5)another-look-level-c-(6)another-look-level-c-(7)another-look-level-c-(8)another-look-level-c-(9)another-look-level-c-(10)another-look-(3)another-look-(4)another-look-(5)À la fin des années 70, Mary Ross Townley et Addison-Wesley, épaulés par les graphistes Patricia Rhodes et Malcolm Grear produisaient Another look, Level A, B ou C, ces incroyables encyclopédies pédagogiques thématiques visuelles extrêmement dépouillées qui réunissaient souvent avec malice, autour de notions plasticiennes opposées, des images, des formes, des objets, des actions… Ces merveilleuses écoles du regard, de la pensée et de l’imaginaire qui confirment ce que dit Enrst Gombrich de l’œil, « ce poste avancé de l’esprit ».

digg-moi |

Transmettre





email-moi | imprime-moi

2 commentaires pour ″Another look″

  • « Benjamin »
    le 7 juillet 2010 a 13:35

    -

    Ne fermez jamais ce blog, une vraie mine d’or.

  • « Fabrice MAB. »
    le 8 juillet 2010 a 11:33

    -

    Quel que soit notre âge on requestionne des notions préétablies, on en change un peu notre regard, on prête attention à ces choses, ces signes…
    On est forcément touché par cette approche à la fois d’expérience empirique et de conceptualisation/synthèse. On ne sait plus si l’on se trouve dans une vérification scientifique avec toute la méticulosité qu’elle sous-tend (protocole) ou dans un constat de l’enfant qui découvre des concepts, fait des association pour comprendre. Finalement cette approche me semble assez phénoménologique à la manière d’un Hegel ou d’un Husserl qui part de constats « dans le réel », d’intuitions pour en extraire l’essence même de ces phénomènes. On est pas loin non plus d’un Francis Ponge avec son Parti Pris des Choses. À la manière dont il scrute un objet aussi banal que le cageot ou le galet pour en extraire bien plus qu’un poème, un jeu à la fois sur l’objet et le langage. Si on lit l’anthologie qu’a fait Sollers sur lui aux éditions Seghers on pourra y voir son amour pour le Littré. De cette volonté de philosophie universaliste ou bien de jeu sur l’étymologie et le langage il n’y a qu’un pas à l’encyclopédie…