Between walls and ground

wggoogposterBetween walls and ground est une installation de Killian Loddo, nouveau venu à la Gerrit Rietveld Academie. Elle questionne la capacité de documentation et de médiation graphique d’un espace architecturé, du point de vue subjectif du novice et selon la thématique de la surprise. Elle traduit visuellement, au sein du studio photo de la Rietveld Academie, la sensation de découverte et de perte de repères dans le passage d’une école à une autre, et notamment dans le cadre de l’agitation si spécifique à cette merveilleuse école.
Vernissage : 17 Février, Gerrit Rietveld Academie, Fred. Roeskestraat 96 1076 ED Amsterdam, photo studio, 17h.

digg-moi |

Transmettre





email-moi | imprime-moi

8 commentaires pour ″Between walls and ground″

  • « R »
    le 18 février 2010 a 15:25

    -

    J’ai rien compris…

  • « Thierry »
    le 18 février 2010 a 17:20

    -

    Cher Raphaël, il est vrai que cet article n’était pas si cristallin :) Mais c’est aussi parce que je ne pouvais tout dire de cette proposition qui doit être découvert en confrontant la documentation de l’événement sur internet à l’expérience de l’exposition elle-même. Évidemment, tout le monde ne peut se rendre à Amsterdam. Quel dommage ! Je vais quand même encore attendre un peu que Killian nous explique lui-même le fin mot de l’histoire. Quel suspens ! :)

  • « R »
    le 18 février 2010 a 18:00

    -

    Ok professeur. ;-)

  • « Le lapin »
    le 19 février 2010 a 0:12

    -

    Il se fait désirer ce Killian…

  • « Killian »
    le 19 février 2010 a 13:24

    -

    Pardon pour ce suspens insoutenable ! L’exposition présentée existe, mais pas d’une manière matérielle comme s’y attendaient certainement les personnes qui étaient présentes. Chaque image que vous avez pu voir était en fait une photographie de l’espace d’exposition vide, où des éléments virtuels on étés placés par la suite, rien n’était « vrai » en dehors des murs et des chaises.
    On peut se demander, alors, pourquoi venir ?! Premièrement pour boire un coup… bien sûr, et surtout pour prendre conscience de l’aspect immatériel d’une production diffusée sur internet. Ce projet a été réalisé pour un sujet lancé par Roel Wouters et Jonathan Puckey ; “BUT IS IT REAL?” qui questionnait l’authenticité des images médiatiques et des événements que l’on voit sur internet chaque jour. soulevant les questions ; quelle est la relation entre réel et faux, quand quelque chose devient-il réel, que pouvez vous faire avec les outils utilisés pour polir le réel ?

    Le projet BETWEEN WALLS AND GROUND fut par conséquent dédié au fait de documenter cette exposition, et uniquement sa documentation, car elle n’est finalement visible que sur l’espace internet. Les images “preview” ainsi que le poster et le site dédiés à l’exposition SONT l’exposition en elle même, mais la meilleure manière de prendre conscience de leur extra-réalité était d’être présent dans cette espace quasi vide pour ne pas confondre la post-documentation et la documentation elle même, sujet du projet. Une video était donc projetée avec sous-titres pour expliquer le concept, et rien d’autre de matériel en dehors des éléments présents sur les photos n’apparaissait.

    Ce n’est pas une copie du réel car rien n’est réel au sens matériel dans cette production, c’est une réalité en elle même, je dirais une hyper-réalité. Les images ne sont pas des copies de l’existant mais bien un simulacre comme le défini Jean Beaudrillard.

    Enfin, un des buts de cette expérience était aussi de confronter le récepteur, soit le public, à son propre point de vue sur l’architecture de la Gerrit Rietveld Academie, qui était le sujet prétexte mais bien réel annoncé sur l’affiche. Ce n’était pas une leçon de morale sur comment appréhender le contenu d’internet, mais une manière de souligner l’influence du media internet sur notre approche quotidienne de survoler les événements via l’écran de notre ordinateur. Pour citer Jean Beaudrillard je rajouterai cabalistiquement “La vérité cache le fait qu’il n’y en a aucune”, je crois que cette expérience, au delà du canular, soulève ces questionnement du simulacre dans un contexte contemporain.

    Raphaël rassure moi et dis moi que tu y comprend quelque chose !

    Il y a assez de français susceptibles de lire ces lignes que je peux remercier encore une fois d’être venus ! merci ;)

  • « Killian »
    le 19 février 2010 a 13:54

    -

    Au fait Thierry, j’ai trouvé très habile la manière de présenter l’événement en dévoilant partiellement des indices, la balance était bien gérée à mon goût !

  • « R »
    le 19 février 2010 a 16:48

    -

    J’ai compris mais je reste dubitatif.
    Je dois faire une montée d’atrabile.
    En fait, c’est un non-événement ?

  • « Killian »
    le 19 février 2010 a 17:37

    -

    Voilà, c’est un non-événement pour expliquer les choses en deux mots ! qui malgré tout, fut un événement réel dont la production n’est visible que sur le net.