Dijon

ensadijonensadijon3ensadijon2Francis Ponge imagina un livre intitulé Le papier au sein duquel la parole aurait été réservée au seul support. Un livre dans lequel le support papier serait devenu texte…
On sait bien, au moins depuis le dépassement de la scripto continua antique et l’apparition d’une respiration textuelle, et assurément depuis l’éloquence lyrique des espaces de la page mallarméenne que le papier est, pour le typographe, un médium expressif à part entière qui fait signe et est support de signes. Un medium qui est et permet le message. Un medium qui est centre, relais entre un destinateur et un destinataire, mais aussi milieu, milieu de la vie des formes et des silences typographiques…

Lorsque Lex Trüb et Urs Lehni envisagent l’identité visuelle de L’Ensa Dijon, ils imaginent de broyer un support préalablement frappé du logotype textuel en FF Bau, fer à gauche, conçu sobrement et très suissement pour l’école, et de reconstituer un papier à partir de ces matières maculées pour inscrire manifestement le texte au cœur des forments de la page. Puis ils scannent la texture ainsi obtenue. La déclinent avec malice en un moutarde explicite et dans sa complémentaire bleu profond pour offrir un support sensé et sensible à tous les discours identitaires des Beaux arts bourguignons…

digg-moi |

Transmettre





email-moi | imprime-moi