Le singe des chevreuils

La galerie My Monkey accueille cette fois le facétieux Club des chevreuils qui a tenu, amour du cadrage débordement et activisme de la non activité oblige, à se définir en creux en présentant, en lieu et place de la prévisible production de son cru, le travail demandé à cette occasion à l’ensemble de son réseau amical et professionnel.
Esprit d’escalier, culture internet, sens de l’amitié et de la fête, avec l’exposition My monkey My network Mon fils Ma bataille, le Club des chevreuils s’élargit donc potentiellement à 5.5 designers, Adrien Zammit, Arnaud Homann, Charlotte Cheetham, Clotilde Martin-Lemerle, Damien Poulain, David Derouet, David Poulard, Dezyderio Gusta, Erwan Lhuissier et Mathieu Meyer, Étienne Bernard, Étienne Hervy et Émilie Lamy, Étienne Mineur, la chouette Fanette Mellier, mon ami Frédéric Teschner, Géraud Safray, Glutamate, Grégoire Romanet, Gregory Ambos, Guillaume Linard-Osorio, Guillaumit, Jack Usine, Jean Jullien, le très grand Jean-Christophe Chauzy, Hector de la Vallée, Hey Ho, Laura Chenus, Loran Stosskopf, Mathieu Vinciguerra, Olivier Lebrun, Pierre Vanni, les fantastiques Please Let Me Design, Quentin Brachet, Quentin Vijoux, Raphaël Bastide, l’incroyable Renaud Huberlant, Sophie Demay, Samuel Bonnet et Maël Fournier-Comte, les inénarrables Superscript, le fidèle Thibaut Robin, Thomas Mailaender, Thomas Nicol, Thomas Seriès, Tom Hehni, Tony Leven, Vincent Loiret, le tonitruant Vincent Perrottet, Yoann Dovier, Yves Geleyn et à bien d’autres encore du 15 novembre au 24 décembre 2008, 15 rue du Faubourg des trois maisons à Nancy. Vernissage musical et dansant le samedi 15 novembre, à partir de 19 h avec Dj Crunky Q.
Ci-dessus le poster « fan club » de Thomas Nicol, visiblement fanatique, comme tout le monde, du bon club de cervidés parisien…

digg-moi |

Transmettre





email-moi | imprime-moi