Weisskeller

36_ultra-636_ultra-36_ultra-536_ultra-4La critique qui, ces temps-ci, est revendiquée par le graphisme, est, comme le rappelle Jean Paulhan, l’un des noms de l’attention. Elle aiguise l’analyse, le doute, l’appréciation, le discernement, l’évaluation, le jugement, la réflexion… ou, tout simplement, elle favorise une certaine qualité de perception.
La suissesse Eva Kellenberger et l’anglais Sebastian White, soit le tandem Weisskeller, récemment diplômés du Royal College de Londres, produisent un graphisme radical qui sait dissimuler ses subtilités dans un deuxième temps de lecture de propositions dénudées et faussement brutales.
Dans Ultra Mera Commonplace, publié chez l’excellent Rollo Press, qui présente un genre d’atlas bigarré de conseils et d’observations méthodologiques de toutes sortes à l’usage des graphistes, c’est dans l’absence de modulation, à priori, d’une composition par défaut ferrée à gauche, et le corps imposant d’un rectangle d’empagement qui occupe presque tout l’espace de la page, que vont se créer de subtils décalages de polices, de corps, de couleurs choisis. Que l’apparition savante des formes anciennes du délicieux pied de mouche qui signalait, dans la calligraphie médiévale, une nouvelle unité du texte, va créer une animation nuancée des béances du gris typographique…

digg-moi |

Transmettre





email-moi | imprime-moi