publie par Thierry|

Constellations

canoncanon3canon4canon7canon8canon11canon12canon13« Nul n’entre ici s’il n’est géomètre ».
Depuis ces fameux anciens grecs, la question de la proportion arithmétique est consubstantielle des domaines de la vérité et de la raison, d’un ordre possible du monde.
Ce sens de la mesure, cette rationalisation de l’intelligible, concerne aussi le livre. Le tracé régulateur du canon de Villard de Honnecourt, maître d’œuvre du XIIe siècle, constitue l’emblème de l’ajustement des dimensions de la surface utile de la page : le rectangle d’empagement, sur les dimensions du format de la page rapportées à celles de la double-page. Plus tard, le style international d’obédience suisse tentera une rationalisation libérale de l’imprimé avec la notion de grille modulaire, soit un accord de la règle, du système global, tout du moins de l’invariant, et de l’ouverture, du mouvement, au moins de la modulation.
Thomas Bouville utilise les constellations, ces figures antiques remarquables, mais aussi arbitraires, de la voûte céleste, pour construire ces repères et ces échos harmoniques de l’espace d’un ouvrage conçu comme une sorte d’architecture de sens.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Kevin Bray

affiche-manomim10utopie3valo-copievalo8Kevin Bray, sens plasticien de l’intrigue.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Errance

36poses36poses236poses336poses436poses536poses6Thomas Couraut vient d’obtenir son diplôme supérieur en s’intéressant, après Rimbaud et Walter Benjamin, à la figure moderne du flâneur, régénérée par le régime de la sérindipité qui caractérise la navigation web.
Il a notamment réalisé 36 poses, une édition retraçant des parcours urbains, où Thomas s’assigne à trouver sans chercher trente six photographies à l’heure, soit trente six photogénies. Où le chemin est plus important que la destination…
Plus à sa-voir sur Méthode Bernadette

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Dérèglements alimentaires

creme2briochechurrosviandedospage4Marion Lavedeau vient d’obtenir un diplôme supérieur en s’intéressant, avec une approche sensible à l’illustration, aux dérèglements alimentaires qui touchent de plus en plus de victimes du système glouton de la mode et des industries libidinales. Un travail sur la fascination répulsion de cet étrange impératif corporel de la nourriture et de l’ingestion.
Plus à sa-voir sur Méthode Bernadette.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Le temps de la lecture

avispassage00bavispassage007avispassage008avispassage009avispassage026avispassage00aSarah kremer vient de présenter son diplôme questionnant le temps de la lecture. Elle a notamment réalisé avec Emmanuel Martinet cette étonnante proposition éditoriale épistolaire Avis de passage / Lettre à un jeune poète.
Il s’agit selon ses propres termes de traiter un « texte de Rilke [qui] pose lettre après lettre des conseils et des réponses à un jeune poète qui le sollicite. Il a été rédigé, envoyé et lu sur une durée de plusieurs mois.
Pour ce projet, on a cherché à faire du moment de la lecture une sorte de mise en action et de mise en temps du texte, pour créer un parallèle entre la lecture première du texte par le jeune poète et celle faite par le lecteur aujourd’hui. L’idée de partage et d’échange d’un texte entre lecteurs a aussi été fondamentale.

Les dix lettres, qui dans l’édition originale s’enchaînent, sont dissociées en 10 fragments. Les fragments sont numérotés, les numéros pairs reviennent à un premier lecteur, les numéros impairs à un second.
Le lecture n°1 est brutalement stoppée dans son avancée par l’arrivée d’une tâche d’encre, « accidentelle ». Elle est accompagné d’un petit symbole plus « didactique », appartenant à l’univers visuel de la poste, qui est le signe pour le lecteur n°1 d’ajouter sur l’enveloppe un timbre, d’y écrire l’adresse du lecteur n°2, et de lui envoyer le recueil de lettres dont l’épaisseur correspond à l’état d’avancement de la lecture.
Le lecteur n°2, qui a en sa possession le texte qui manquait pour finir la lecture de la première lettre (cette « redite » est imprimée sur le papier bleu), ainsi que la deuxième lettre, continue la lecture. Brutalement stoppé dans sa lecture, c’est à son tour de renvoyer au lecteur n°1 le recueil en version légèrement augmentée en attendant la suite. Et ainsi de suite pendant 10 envois…
L’enveloppe qui devient la couverture de ce « livre » devient le témoignage de l’échange entre les deux lecteurs. Elle porte les traces des épreuves de la lecture et du transport. »
Plus à sa-voir sur Méthode Bernadette.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Numérisation restitution

scantvfilm2scantvfilmimgemaimgembimgemqimgemximgemyDans le cadre de son épatant diplôme supérieur, Manuel Zenner a travaillé sur les questions de numérisation et de restitution.
Il propose par exemple cette édition, réalisée avec Muriel Issard, qui rend compte du scannage d’un film entier par l’adaptation bricolée d’un scanner à plat de bureau à un écran de télévision. Le choix se porte sur Le mépris, film auto réflexif questionnant les moyens du cinéma et la désynchronisation des passions. Le nombre de pages correspond au temps de numérisation de chaque portion du film.
D’incroyables images-séquence densifiant le temps, tout à la fois du film et de l’opération de captation, se succèdent. Les temps médiatiques se téléscopent, rendant à la rigueur abrupte et transparente de la restitution numérique d’étranges mystères…

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Never(s)land

IMG_0735neversland1neversland3neversland4neversland6neversland7neverslandpartyneverslandparty2neverslandparty3Quelques traces éparses du workshop mené par officeabc à l’ésaab, conclu par une exposition à la galerie Arko et une soirée Never(s)land party organisée par index.ht. Constellations énergétiques de sens, de signes et de sons…
Plus d’informations sur Méthode Bernadette.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

choré-typographique

tiptoe01tiptoe02tiptoe03tiptoe04Anna Chevance, corps typographique, le retour.

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Graphic Interchange

loadergifexpo4gifexpo6gifexpo5gifexpo7gifexpo16Graphic Interchange Support, un projet mené par Adrien Borderie, Thomas Oudin et Kévin Bray, étudiants en Dsaa première année à l’Ésaab. Des GIFs animés ou Graphic Interchange Formats viennent être projetés sur des formats papier dans l’espace profond, non de l’écran ou de la toile, mais de l’atelier photo-vidéo de l’école. Le Format du papier devient support, interface des signes numériques. Questionnement du graphisme à l’ère digitale, soit, comme l’a déjà souligné Pierre Vanni, ce lieu duel ou plutôt médiat où virtualité computationnelle des digits anglo-états-uniens et réalité aussi tangible qu’elle peut l’être se touchent, où virtuel et matériel s’interpénètrent et dialoguent « comme le recto et le verso d’une feuille »…
Plus d’images sur Méthode Bernadette

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi
publie par Thierry|

Looking for Arko

arko-anthoarkoantho2arkoantho3arkoantho6Pour annoncer la prochaine exposition Looking for Arko, du 21 novembre au 20 décembre, dans la galerie éponyme, des travaux des refonte de son identité visuelle par Muriel Issard et François Havegeer, Anthony Fabre, Angeline Ostinelli et Antoine Bertaudière et l’ensemble de la promotion de Bts Cv 2e année 2008-2009 de l’Ésaab, je vous propose un petit éclairage sur le travail d’Anthony Fabre (illustrations).

Anthony aime les fausses évidences de la simplicité, l’humour à froid du contre pied et de la feinte de corps. Anthony aime jouer avec les hiérarchies culturelles. Récemment diplômé avec brio, il est revenu à Nevers proposer des identité qui revendiquent avec la sagesse des arts martiaux et de la philosophie extrême orientale les faiblesses de la galerie, son manque de moyens, son aménagement intérieur naïf, comme autant de forces identitaires.

Ainsi il s’attachera à la figure symbolique par excellence, le drapeau. Drapeau ou fanion qui deviendra, décliné en couleurs franches et sympathiques, l’acteur de petits scénarii burlesques animant les documents de communication. Jusqu’à la cime du batiment pour offrir un effet signalétique saisissant ou aux piques qui viennent, les soirs de vernissage, proposer leur fonctionnalité conviviale aux apéritifs précaires des amateurs d’art neversois. Une identité drolatique et critique qui vise aussi à dédramatiser le rapport à l’art contemporain. Vanitas vanitatum…

digg moi |

Transmettre





email-moi | imprime moi