Jury du 25

Dernière ligne droite avant votre jury de fin d’études.
Je vous encourage à donner bien plus d’ampleur à l’accrochage que vous avez tenté en première lecture.
Je sais que ce jury blanc n’était pas propice à exhalter votre engagement.
Je vous rappelle que le sentiment de tout visiteur s’établit en moins de 5 secondes. Ce sentiment peut évoluer bien entendu mais il sera déterminé par cette première impression. Compter sur le contenu, la singularité ou la qualité intrinsèque de votre travail est bien entendu l’essentiel. Mais ne pas prendre en charge l’accrochage est similaire à un bon livre qui n’aurait pas de couverture (pourquoi pas d’ailleurs), ou pire, aurait une mauvaise couverture…
Pour reprendre mon éternel gimmick… (allez, tous en chœur) :
« La couverture est une promesse que l’intérieur doit tenir »

Un bon accrochage ce n’est pas en mettre plein la vue. Il peut fort bien être extrêmement retenu, voire ténu s’il est tendu. Non, un bon accrochage c’est une articulation sensible et distancée de votre démarche ou approche graphique. Ce ne sont pas toujours les travaux en tant que tels qui forment l’accrochage. Exemple, si vous n’avez que des livres vous pouvez extraire des élements constitutifs qui, mis ensemble sous un forme donnée, cristalisent votre attitude d’auteur et de graphiste.
Il n’y a évidemment pas de recette à appliquer. Soyez simplement en accord avec vous-même et surtout soyez radical (lucide). En tout cas, rejetez la séduction comme la rétention. Il n’y de vraie séduction que naturelle ou parfaitement jouée (tel un art). Ne fardez donc pas votre travail en voulant plaire…

Merci Julien pour l’envoi, à bientôt.

digg-moi |

Transmettre





email-moi | imprime-moi

3 commentaires pour ″Jury du 25″

  • le 16 juin 2008 a 15:53

    -

    Merci à toi Renaud… :-)
    & courage aux étudiants!!

    /

  • « gg »
    le 16 juin 2008 a 16:02

    -

    … et aux étudiantes ^^

  • « thierry »
    le 16 juin 2008 a 18:39

    -

    On pourrait faire une battle de maximes professorales. Par exemple, moi, j’ai : ‘quand je baisse le corps, j’augmente l’approche’…
    ;)